Qu’il s’agisse d’un simple détartrage, ou pire d’une extraction de dents, le recours à un dentiste à Bordeaux devient inévitable pour vous. Pourtant, comme la plupart des Français, vous n’avez aucune envie de vous retrouver face à ce spécialiste.

Cependant, vous êtes conscient qu’il faudra affronter cette réalité tôt ou tard, car votre santé en dépend. Mais concrètement, comment en finir avec la phobie du dentiste ? Trouvez quelques éléments de réponse ici.

Pratiquer une sédation consciente

Parmi les nombreuses techniques de lutte contre la phobie du dentiste, la méthode de sédation apparait comme l’une des plus efficaces. De façon concrète, ce procédé consiste à faire inhaler le gaz Meopa pour endormir partiellement ou complètement le patient. Inodore et sans risque sur la santé humaine, ce produit vous apaise, et vous libère de toute crainte, en quelques minutes seulement.

Bien qu’étant sous les effets de cet anesthésiant, le patient maintient une respiration naturelle et un bon réflexe d’ingestion. Alors, une fois que le patient est emballé dans cet état de bien-être, le dentiste peut faire son travail en toute quiétude. Contrairement aux effets d’une anesthésie générale, ici, la prise de conscience est plus facile et rapide en fin d’intervention.

Autres formes de sédation

Face à un patient très anxieux qui ne réagit pas convenablement aux effets du gaz Meopa, il existe la possibilité de rajouter des médicaments. En réalité, il s’agit de produit soporifique et relaxant qui optimise l’état de détente et du confort du malade. Néanmoins, il faut préciser que la reprise de conscience dans ce cas prendra plus de temps (environ quelques heures).

Une autre option consiste à soulager le patient grâce à une injection intraveineuse, qui plonge le patient dans un état semi-conscient. Cette technique pratiquée par un anesthésiste est aussi appelée la diazanalgésie.

Enfin, chez un enfant ou une personne atteinte de trouble mental, le protoxyde d’azote est efficace comme anesthésiant. Cependant, il est sans effet chez les adultes.

Faire une anesthésie générale

Si vous le souhaitez, vous pouvez proposer cette solution à votre dentiste. Dans un premier temps, prenez un rendez-vous pour la prise de contact et profitez de l’occasion pour lui exprimer votre peur. Ensemble, vous pourriez alors discuter de la possibilité d’une anesthésie générale.

L’avantage ici est que toutes les interventions pourront être pratiquées en une séance : extraction, détartrage, port de prothèse dentaire, etc. Toutefois, il ne faut pas nier les probabilités de survenues des conséquences liées à une anesthésie générale.

Opter pour un traitement cognitif

Comme dans de nombreux cas d’anxiété du patient, le praticien peut soigner ici aussi en se basant sur une thérapie comportementale. Le principe est d’affronter lentement ses peurs pour enfin parvenir à les surmonter.

Dans le cas d’une peur du dentiste, faites d’abord quelques tours au cabinet afin d’explorer les lieux. Peu à peu, efforcez-vous de vous habituer à certains détails tels que :

  • l’odeur des produits ;
  • le bruit des instruments ;
  • le décor du milieu hospitalier, etc.

Bien que cette procédure soit aussi efficace, il faut admettre qu’elle vous prendra énormément de temps. En plus d’effectuer plusieurs visites d’inspection au cabinet à Bordeaux, le dentiste devra également intervenir en plusieurs étapes. De fait, la thérapie cognitive est à proscrire en cas d’urgence.