La lombalgie, connue également sous le nom de « mal de dos », « lumbago » ou « tour de rein », fait partie des affections les plus répandues de nos jours. Elle se manifeste par des douleurs, souvent intenses, dans la région des vertèbres lombaires, situées en bas du dos. Et généralement, la majorité des douleurs lombaires disparaissent d’elles-mêmes dans les trois mois.

Les problèmes de dos répondent souvent à des traitements non chirurgicaux, comme les anti-inflammatoires, la chaleur et la thérapie physique et surtout la rééducation. Toutefois, parfois, une opération chirurgicale peut s’avérer la seule solution pour aider à soulager certaines causes de douleurs dorsolombaires.

Dans quel cas la réalisation d’une chirurgie du dos peut s’imposer alors à Bordeaux ? Et quels sont ses avantages ? Eléments de réponses dans cette revue.

Pourquoi une chirurgie du dos à Bordeaux ?

nn
La chirurgie du dos est une option envisageable lorsque les traitements conservateurs n’ont pas fonctionné et la douleur est persistante et invalidante. Souvent, cette opération pratiquée par le meilleur chirurgien du dos à Bordeaux vient soulager de manière plus prévisible les douleurs associées ou les engourdissements qui descendent dans un bras ou une jambe, voire les deux.

En effet, Cette intervention a plusieurs objectifs :

  • Décompresser une racine nerveuse ou la moelle épinière ;
  • Stabiliser un segment instable ou douloureux par une chirurgie de fusion de la colonne vertébrale ;
  • Enlever une partie ou l’intégralité du disque abîmé ;
  • Réaliser une fusion entre deux lombaires ;
  • Réduire une difformité (par exemple, chirurgie de la scoliose dans la colonne thoracique).

Généralement, c’est la compression des nerfs de la colonne vertébrale qui est à l’origine des douleurs et des engourdissements dans le bas du dos. Il faut dire que cette compression des nerfs est due à plusieurs problèmes à savoir :

  • les problèmes de disque : il peut arriver que les coussins caoutchouteux qui séparent les os de votre colonne vertébrale exercent une pression trop forte sur un nerf rachidien. Cela pourrait affecter la fonction du nerf ;
  • l’arthrose: elle entraine la formation d’éperons osseux au niveau de votre colonne vertébrale. Souvent, cet excès osseux affecte les articulations de la partie arrière de la colonne vertébrale. Cela peut réduire l’espace disponible pour le passage des nerfs dans le canal rachidien.

En cas d’atteinte neurologique comme une paralysie, des pertes de sensations ou des difficultés à uriner ou d’aller à la selle, une chirurgie du dos peut être également requise en urgence.

Quelles sont les différentes pathologies nécessitant une chirurgie du dos ?

Certaines pathologies nécessitent le recours à une chirurgie du dos. Il s’agit :

  • une hernie discale lombaire ou cervicale ;
  • une chirurgie dans le cas d’un spondylolisthésis ;
  • un canal lombaire étroit ;
  • un canal cervical étroit ;
  • un kyste articulaire (synovial) rachidien ;
  • une fracture vertébrale ;
  • une tumeur rachidienne.

nn

Quels sont les différents types de chirurgie du dos ?

Plusieurs types de chirurgies du dos existent. Nous pouvons citer :

  • une arthrodèse cervicale ;
  • une arthrodèse lombaire ;
  • une chirurgie de recalibrage ;
  • une discectomie.

Comment se déroule l’intervention pour une chirurgie de dos à Bordeaux ?

Dans un centre de chirurgie endoscopique de Bordeaux, une intervention pour la hernie discale dure une heure. Souvent, le patient subit une anesthésie générale, ce qui nécessite une surveillance en salle de réveil de deux à quatre heures. Après l’opération, la durée habituelle d’hospitalisation est de 3 à 5 jours.

Cela s’accompagne la plupart du temps du port d’un corset pendant un mois, ce qui correspond souvent à la durée de l’arrêt de travail. En cas d’une arthrodèse, la durée d’hospitalisation est d’une semaine. L’hospitalisation est aussi accompagnée du port d’un lombostat (corset rigide en résine ou en plâtre) pour trois mois. Des antalgiques sont prescrits pour soulager les douleurs post-opératoires après ces deux interventions.